November 21, 2019

36e conférence ministérielle de la Francophonie

29-31 octobre 2019, Principauté de Monaco: Sous la thématique : « Réconcilier l’humanité et la planète : perspectives dans l’espace francophone à la veille des 50 ans de l’Organisation Internationale de la Francophonie ».

On voit sur la photo La Secrétaire générale Louise Mushikiwabo.

La conférence ministérielle de la Francophonie fut précédée par la 108e session du Conseil permanent de la Francophonie (CPF), ayant eu lieu le 29 octobre. sous la présidence de M. Zohrab Mnatsakanyan, Ministre des Affaires étrangères d’Arménie, aux côtés de la Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo.

La  Conférence  ministérielle  de  la  Francophonie  (CMF)  fait  partie  des  trois  instances  consacrées  par  la  Charte  de  la  Francophonie  avec  le  Sommet  et  le Conseil permanent de la Francophonie (CPF). La CMF assure la continuité politique du Sommet de la Francophonie. 

Le  Conseil  permanent  de  la  Francophonie  (CPF)  est  l’instance  chargée  de  la  préparation  et  du  suivi  du  Sommet,  sous  l’autorité de  la  Conférence  ministérielle. Il est à la fois animateur, coordonnateur et arbitre de l’action de l’Organisation. Il fait  partie,  avec  le  Sommet  et  la  Conférence  ministérielle  de  la  Francophonie,  des  trois  organes  décisionnels  consacrés par la Charte de la Francophonie. Présidé par la Secrétaire générale de la Francophonie, il se prononce sur ses propositions et la soutient dans l’exercice de ses fonctions.

36e Conférence ministérielle de la Francophonie.

C’était  la  première  fois  que  Monaco  accueillit  une  Conférence  ministérielle  de  la  Francophonie  générale,  il  s’agit  d’un pas important pour la Principauté.

La  Conférence  ministérielle  de  la  Francophonie  sera  l’occasion  de  lancer  une  réflexion  sur  les  perspectives  de  l’Organisation  internationale  de  la  Francophonie (OIF), notamment en faveur du développement durable, dans toutes ses composantes alliant économie, social et environnement. Le Gouvernement Princier a ainsi souhaité mettre l’accent sur un thème qui lui est particulièrement cher : la promotion du développement durable, en ayant fait le choix de traiter ce sujet de manière large et dans sa dimension plurielle sous l’angle : « Réconcilier l’Humanité et la Planète : perspectives dans l’espace francophone à la veille des 50 ans de l’OIF». 

Cette  proposition  avait  été  soumise  par S.E. M. Gilles  Tonelli,  alors  Conseiller  de Gouvernement-Ministre  des  Relations  extérieures  et  de  la  Coopération,  à  l’occasion de la 35e Conférence ministérielle de la Francophonie qui s’est tenue à Erevan en octobre 2018 et approuvée par les États et Gouvernements membres de la Francophonie. Ce thème sera décliné par la présentation, par le Gouvernement Princier, d’un projet de résolution relatif à la préservation des océans et par l’organisation d’un événement parallèle relatif au tourisme durable, en partenariat avec l’Institut de la Francophonie pour le Développement durable.

La Principauté de Monaco a mis en place, depuis septembre 2018, un Comité de pilotage, sous la responsabilité de Madame le Directeur général du Département des Relations extérieures et de la Coopération, laquelle est également le Correspondant national auprès de l’OIF.

La Francophonie, une organisation internationale  

L’OIF a vu le jour le 20 mars 1970 – sous l’impulsion des présidents Senghor (Sénégal), Bourguiba (Tunisie), Diori (Niger) et du Prince Sihanouk (Cambodge) – 21 pays se sont réunis à Niamey (Niger), pour créer l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), devenue aujourd’hui l’Organisation internationale de la Francophonie. Les francophones peuvent s’appuyer sur un dispositif institutionnel voué à promouvoir la langue française et la coopération entre leurs pays (l’OIF rassemble actuellement 88 États et gouvernements). Le Sommet des chefs d’État et de gouvernement, qui se réunit tous les deux ans, est la plus haute des instances politiques décisionnelles de la Francophonie, avec la Conférence ministérielle et le Conseil permanent.

L’OIF mène des actions politiques et de coopération dans les domaines prioritaires suivants : 

– langue française et diversité culturelle et linguistique 

– paix, démocratie et droits de l’Homme 

– éducation et formation – développement durable, économie et solidarité. Dans  l’ensemble  de  ses  actions,  elle  accorde  une  attention  particulière  aux jeunes  et  aux  femmes ainsi qu’à l’accès au numérique

Conférences ministérielles

La  Charte  de  la  Francophonie  reconnaît  deux  conférences  ministérielles  permanentes  qui  sont  aussi  les  deux  plus  anciennes  institutions  de  la  Francophonie : la Conférence des ministres de l’Éducation des pays ayant le français en partage (CONFÉMEN) et la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports des pays ayant le français en partage (CONFÉJES). La CONFÉMEN œuvre pour la promotion de l’éducation et de la formation professionnelle et technique, et constitue l’instrument privilégié qui permet aux États et aux gouvernements de conjuguer leurs efforts en vue de développer leurs systèmes éducatifs. Son rôle est d’orienter les politiques éducatives dans les pays membres à travers des décisions et des recommandations.

La CONFÉJES appuie les pays membres pour l’élaboration et/ou la mise en œuvre des politiques nationales de jeunesse et de sport. Elle met en place des programmes de formation en faveur de l’insertion sociale et économique des jeunes, ainsi qu’à destination des cadres et des sportifs.

Pour toute information additionnelle:  
https://www.francophonie.org/monaco-36e-session-de-la-conference-ministerielle-de-la-francophonie-780
———————-

Images par la Francophonie.

Comments are closed.